Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Les fondements théoriques de l'économie collaborative

Simon BOREL Laboratoire Sophiapol, Paris Ouest Nanterre La Défense et Paris Sud.
Damien DEMAILLY Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI).
David MASSÉ ESCP Europe ; École polytechnique (i3-CRG).


Download PDF Format


Footnotes

1   Le concept d'économie collaborative qui fait référence à la notion de consommation collaborative apparaît pour la première fois chez Felson et Spaeth (1978) qui le définissent comme les « événements dans lesquels une ou plusieurs personnes consomment des biens ou des services économiques dans un processus qui consiste à se livrer à des activités communes ».

2   Ce qui n'est pas forcément le cas du Libre qui est « hostile à l'appropriation privative du code, non aux entreprises et au marché », ne créant pas « une sphère d'activités totalement indépendante des logiques marchandes et commerciales » (Broca, 2013).

3   La réalité de l'économie collaborative est bien sûr ici plus contrastée au regard des réappropriations marchandes à l'œuvre chez les géants du numérique et les grandes plates-formes de l'économie collaborative en termes de rentes de monopole, de réintermédiation et de restrictions d'accès.

4   La conception du don ici considérée n'est pas irénique et synonyme de gratuité et d'altruisme. Si l'intention du don en première instance est inconditionnelle – l'individu fait le pari de la relation sans aucune assurance/garantie de retour –, elle est, en seconde instance, conditionnelle – il y a bien, une fois le don accepté, une attente de retour futur (un délai court du rendu d'un don étant manifeste d'une volonté de liquider la dette), en regardant ce que l'autre va rendre, plus tard, comment et dans quelles mesures (Caillé, 2000). Outre cet équilibre (précaire) entre intérêt pour soi et intérêt pour autrui, le don implique tout autant de la liberté (dans l'acte de donner/recevoir/rendre ou prendre/refuser/garder) que de l'obligation (la chose donnée contient un peu de l'esprit du donateur qui crée de l'obligation et de la dette pour le donataire).


Share email Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+