Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Esquisse d'une économie politique des clientélismes : une analyse de l'impunité

Jean Cartier-Bresson Professeur des Universités ; CEMOTEV (Centre d’études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et les vulnérabilités), université de Versailles St Quentin.


Jean Cartier-Bresson propose une analyse de cette forme particulière de délit que constitue le clientélisme et explique l’impunité relative dont elle bénéficie, en en faisant une lecture d’économie politique. La présence massive de ces

Jean Cartier-Bresson propose une analyse de cette forme particulière de délit que constitue le clientélisme et explique l'impunité relative dont elle bénéficie, en en faisant une lecture d'économie politique. La présence massive de ces « illégalités normalisées » génère leur propre système de croyance légitimatrice, qui explique le manque de culpabilité observé chez les acteurs concernés. Dans les pays en développement, un clientélisme souvent violent, pyramidal, irrigue toutes les strates de la société et conditionne l'accès aux services publics. Dans les pays développés, il emprunte souvent la voie légale des relations entre groupes d'intérêt et Pouvoirs publics avec, dans les deux cas, des conséquences sur la vie démocratique et l'efficience économique. Pour être efficace, les politiques de prévention et de répression doivent intégrer une réflexion sur les contraintes culturelles, normes historiques et préférences collectives propres à chaque société, qui expliquent aussi la diversité des voies empruntées par les différents capitalismes.

Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+