Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !

Les produits de financements verts et durables

Patrick Artus * Conseiller économique, Natixis. Contact : patrick.artus@natixis.com.


Les causes du développement des financements
verts et durables sont multiples

Les financements verts et durables se développent rapidement pour de multiples raisons. Les besoins de financement sont très élevés (il faudra en Europe investir 1,2 point de PIB par an dans la transition énergétique pour que les engagements climatiques européens puissent être vérifiés). Les épargnants et les emprunteurs privilégient les produits durables (avec un score ESG élevé). La réglementation impose aux investisseurs et aux entreprises de publier des indicateurs de soutenabilité. Les produits financiers « verts » se sont normalisés. Les entreprises utilisent les objectifs de soutenabilité pour modifier les objectifs des managers.

On voit une pression croissante des investisseurs et des épargnants pour ces produits verts et durables.

Les différents produits verts et durables

La finance verte et durable est d'abord partie des green bonds (obligations vertes) et des green loans (crédits verts) : 100 % de la ressource est utilisée pour financer un projet environnemental. Puis sont apparus les social bonds (obligations sociales) : 100 % de la ressource est utilisée pour financer des projets sociaux, et les sustainability bonds (obligations soutenables) : 100 % de la ressource est utilisée pour financer un projet environnemental avec un bénéfice social associé.

Le développement le plus récent qui est très intéressant est celui des sustainability-linked bonds/loan. L'emprunteur s'engage sur l'obtention dans le futur d'objectifs verts ou sociaux. Il fixe avec le banquier émetteur des KPI (key performance indicators), par exemple l'empreinte carbone, la consommation d'énergie, etc. Si les KPI ne sont pas atteints, le taux d'intérêt est accru. Ce développement est très important car il ne base pas le financement sur une photographie de la situation de l'entreprise, mais sur son évolution, sa transition. Cela permet de financer aujourd'hui des entreprises brunes, mais qui s'engagent à devenir vertes.

L'encadré 1 montre des exemples de financement de ces différents types en 2020.

Encadré 1

Social bond/loan : projets sociaux : Korea Housing Finance, African Development Bank, Unedic, Cades, National Housing Finance (Australie), Province du Québec, Conseil de l'Europe.

Green bond/loan : financement de projets verts ou soutenables : Edison, EdF, Verizon, China Construction Bank, EIB, Inter American Development Bank.

Sustainability-linked bond/loan : financement de la transition vers la soutenabilité, le vert : Pfizer, Alphabet, ENEL, Novartis, EBRD.

L'encadré 2 montre la taille de ces marchés en 2020.

Encadré 2
Taille du marché vert/soutenable

Émissions mondiales :

  • 2019 : 337 Md$ ;

  • 2020 : 331 Md$.

Dont en 2020 :

  • vert : 155 Md$ ;

  • social : 56 Md$ ;

  • soutenable : 86 Md$.

Sustainability-linked et transition : 5 Md$.

Conclusion : une pression très forte
sur les emprunteurs

Les emprunteurs « bruns » subissent aujourd'hui une pression très forte, avec le report rapide des investisseurs vers les produits financiers verts et soutenables. Ils risquent de perdre l'accès aux financements, aussi bien en dette qu'en obligations. On voit déjà la valorisation boursière beaucoup plus forte des emprunteurs « verts », dans l'automobile, l'énergie.

La seule solution pour ces emprunteurs « bruns » est l'affichage d'une transition crédible, et le financement en produits liés à la transition (basés sur des KPI à négocier avec les banques intermédiaires), d'où l'avenir massif de ces produits de transition.


Partager par email Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+